«

févr. 09

BLACK HISTORY MONTH BORDEAUX #2

Jusqu’au 28 février.

Créer en 2018 un Black History Month à Bordeaux était un challenge !
Et nous l’avons collectivement réussi : avec 15 000 spectateurs tout le long du mois de février, avec les équipes de Mémoires & Partages, avec les bénévoles, avec les partenaires culturels de la Région Nouvelle-Aquitaine, du Département et de la Métropole.
 [Karfa Sira Diallo, Coordonnateur du Black History Month Bordeaux]

La seconde édition s’annonce exceptionnelle avec de grands événements, de grands partenariats et une implantation progressive dans la Région Nouvelle-Aquitaine.

Les salles comme l’espace public, qu’il soit urbain ou périurbain, seront transformées en terrain d’expression et de partage des artistes qui ont les cultures afrodescendantes comme leitmotivs.

Sans essentialisme, ni prise de tête, mais en pleine conscience des apports des peuples noirs à notre monde, nous vous invitons à partager le regard acéré et l’esthétique irrévérencieuse des artistes, des entrepreneurs et des militants d’aujourd’hui, avec leur audace, leur humour, et leur bienveillance.

A l’affiche du projet, la réinvention de soi. 

A travers la figure de Michael Jackson, dont 2019 marque les 10 ans de la disparition, nous interrogerons l’empreinte que le King of Pop Art a laissé dans la culture mondiale.

Les interrogations et inspirations, d’une des personnalités les plus influentes du 20e siècle, sont un héritage incommensurable pour les générations actuelles. De la question raciale à la question sociale, Michael Jackson est l’Afro-descendant qui a le plus transcendé et partagé ses angoisses identitaires.
Interroger cet héritage en lien avec celui que lèguent ces migrants forcés d’hier que sont les tirailleurs Sénégalais, dont la clôture du centenaire de la grande guerre rappelle le sacrifice, permet de mesurer les valeurs républicaines que sont la liberté, l’égalité et la fraternité.

2019, année Européenne du fait des élections au parlement de l’UE, permettra de discuter de la citoyenneté de nos concitoyens de la diaspora ou originaires du continent Africain.

2019 est aussi l’Année internationale des langues autochtones : ce sera ainsi l’occasion d’immerger la région Nouvelle-Aquitaine des productions liées à la protection des langues autochtones pour sauver l’identité culturelle et la dignité des peuples autochtones et pour la sauvegarde de leur héritage traditionnel.

Et comme il s’agit d’un festival dédié à des peuples qui savent faire la fête, en 2019, c’est à l’INOX (11 rue Fernand Philippart) que se tiendra le QG artistique et festif du BHMbdx..